« Ses récentes interviews frôlent l’énervement, Jean-Christophe Lagarde perd son sang froid quand on lui parle de la parution du livre d’Eve Szeftel Le maire et les barbares. Clientélisme, copinage avec le gang des barbares… un dossier chargé«